tel +40 31 417 94 64 | contact@toptours.ro

Valachie et Olténie

Sur la Roumanie

Valachie et Olténie

La Valachie est l’ancienne principauté du Bas-Danube qui, en 1859, a rejoint la Moldavie pour former l’État de Roumanie. Son nom dérive de celui des Valaques, qui constituaient la majorité de sa population. La Valachie était délimitée au nord et au nord-est par les Alpes de Transylvanie, à l’ouest, au sud et à l’est par le Danube et au nord-est par la rivière de Siret. Traditionnellement, elle est considérée comme ayant été fondée en 1290 par Radu Negru, un gouverneur militaire de Făgăraş, dans le sud de la Transylvanie, qui a traversé les Carpates et s’est installé à Câmpulung. La nouvelle principauté était initialement dominée par la Hongrie, dont la domination féodale et le prosélytisme avaient déterminé les valaques orthodoxes à s’enfuir. Basarab Ier défait le roi hongrois Charles Robert en 1330 et obtient l’indépendance de la Valachie.

La nouvelle principauté prospéra grâce à son riche développement agricole et au flux de commerce, entre l’Europe du Nord et la Mer Noire, qui la traversait. Elle a affronté les dangers venant de la Hongrie, qui a tenté de restaurer sa domination, ainsi que des Turcs ottomans, qui ont progressivement étendu leur contrôle sur la péninsule balkanique au cours du XIVe siècle. En 1391, le prince Mircea le Vieux fut obligé de payer un tribut aux Turcs et, en 1417, il reconnut la suzeraineté turque.

Par la suite, la Valachie a été autorisée à conserver sa dynastie, son territoire et sa religion. Elle fut cependant obligée à payer un tribut et à accorder des concessions commerciales à l’Empire Ottoman, à devenir un important fournisseur de produits agricoles pour les Turcs, planifier sa politique étrangère conformément à la politique turque et se soumettre au choix du souverain par le sultan. De nombreux princes de Valachie ont continué de faire face aux Turcs ; par exemple, Vlad l’Empaleur et Michel le Brave, qui en 1600 a brièvement unifié la Valachie avec la Moldavie et la Transylvanie. Mais la Valachie s’est soumise à la domination turque. Après 1716, les Turcs ont cessé de nommer le prince de Valachie de la dynastie indigène et ont plutôt nommé un influent Phanariote, un administrateur grec qui se trouvait sous le service ottoman. L’influence russe en Valachie s’accentua au cours du XVIIIe siècle et, en 1774, la Russie affirma le droit d’intervenir dans ses affaires intérieures, tout en continuant à reconnaître la suzeraineté turque.

Au cours du XIXe siècle, un soulèvement en Valachie (1821) a déterminé les Turcs à mettre fin au régime impopulaire des Phanariotes. Sous la direction des Russes, diverses réformes politiques furent entreprises, notamment l’adoption en 1831 d’une constitution, le Règlement Organique. Le monopole commercial des Turcs fut abandonné, offrant des opportunités lucratives aux grands propriétaires fonciers de traiter avec l’Europe de l’Ouest tout en augmentant le fardeau de la main-d’œuvre sur les paysans de Valachie, qui ne reçurent leur entière liberté qu’en 1864.

Les puissances européennes ont mis fin au protectorat russe après la guerre de Crimée (1856). L’assemblée dirigeante de Valachie, influencée par un mouvement croissant de nationalisme roumain, a alors voté (1859) de s’unifier avec le voisin situé au nord de la Valachie, la Moldavie, sous le prince Alexandru Ioan Cuza et de former l’État unitaire de Roumanie, qui obtint son indépendance des Turcs en 1878.

Entouré par la rivière de l’Olt, les Carpates centrales et le Danube, l’Olténie bénéficie d’une position qui l’a aidé à développer des caractéristiques naturelles particulières et a permis à ses habitants de profiter pleinement de leur créativité. La beauté de leurs œuvres est devenue célèbre dans le monde entier : notamment l’ensemble de sculptures signées par Constantin Brancusi – la Colonne de l’Infini, la Porte du Baiser, l’Allée des Chaises et la Table du Silence – et les monastères de Tismana et Horezu, construits dans le seule style architectural roumain, le style brâncovenesc. La nature a exprimé sa créativité dans une collection de formes de relief spectaculaires, à commencer par le Défilé du Jiu qui crée un passage féerique entre Olteniţa et la Transylvanie, continuant avec la pittoresque vallée d’Olt et les grottes de Polovraci et Muierii, véritables réserves archéologiques.