tel +40 31 417 94 64 | contact@toptours.ro

Moldavie et Bucovine du Sud

Sur la Roumanie

Moldavie et Bucovine du Sud

La principauté historique de Moldavie dure du XIVe jusqu’au au XIXe siècle. La région à l’ouest du Prout est la seule à se retrouver dans les confins de la Roumanie actuelle, sa partie orientale ayant été annexée par la Russie en 1812 et constituant maintenant la République de Moldavie.
Dans les siècles qui ont précédé la fondation de la Moldavie, les régions du nord étaient peuplées d’un mélange de Valaques et de Slaves, les Slaves ayant migré vers le sud depuis l’Ukraine. La plupart des régions à l’est des Carpates se trouvaient à cette époque sous la domination des Coumans, certaines régions, dont la Hongrie, en revendiquait la suprématie. Cette influence s’est étendue jusqu’aux attaques mongoles du milieu du XIIIe siècle, après quoi il y a des indices de zones de domination slave. Au XIVe siècle, le roi hongrois, Charles Robert d’Anjou, tenta d’étendre l’influence de l’église catholique romaine et de l’Empire hongrois à l’est des Carpates après la chute du règne des Coumans. En 1353, Dragoş, un knèze roumain de Maramureş, a été envoyé par le roi hongrois pour fonder une nouvelle voïvodie moldave avec la capitale à Baia. Dragoş a réussi et étendu la région vers le nord jusqu’à Rădăuţi.
Quelques années plus tard, en 1359, Bogdan de Cuhea, un voïévode de Maramureş qui avait eu des dissensions avec le roi hongrois, franchit les Carpates, prit le contrôle des régions roumaines de Moldavie et parvint à retirer la Moldavie du contrôle hongrois. Bogdan a régné dans la région de la rivière Ceremuş au nord jusqu’à la mer Noire au sud et la rivière Dniestr à l’est. Ces frontières de la Moldavie ont duré plus de six cents ans, jusqu’au XXe siècle. La première capitale de Bogdan se trouvait à Radăuţi, qu’il a ensuite transférée à Suceava. À présent, son village natal de Cuhea dans la région de Maramureş est connu sous le nom de « Bogdan Vodă ».

Les voïvodes les plus connus de la Moldavie médiévale : Petru Ier fonda les forteresses de Neamţ et de Suceava et, en 1388, étendit son contrôle sur la région de Pocuţia, maintenant située sur le territoire ukrainien. Ștefan Ier a défendu la Moldavie contre les Hongrois lors d’une tentative d’invasion de la Moldavie en 1394, acceptant par la suite la suzeraineté du roi de Pologne. Alexandre le Bon négocia un traité de paix avec la Pologne en 1411 et en 1420 défendit la Moldavie contre la première attaque des Turcs à Cetatea Alba. À cette époque, des réfugiés hussites de Pologne et de Hongrie se rendirent en Moldavie pour échapper aux persécutions religieuses.
Le plus célèbre des voïvodes moldaves est Ştefan cel Mare (Étienne le Grand) (1457-1504). Il a remporté 34 des 36 batailles contre les Turcs, et a fait bâtir une nouvelle église après chaque victoire, créant ainsi les célèbres monastères peints du nord de la Moldavie. La ville de Hotin a été retournée à la Moldavie en 1464, après avoir appartenu pour un certain nombre d’années à l’Empire polonais. La dernière campagne hongroise visant à rétablir la suzeraineté en Moldavie fut menée en 1467 par le roi hongrois Mathias Corvinus. Il a avancé le long de la vallée de Siret en conquérant Bacău, Roman, et Târgu Neamţ, mais a été défait à Baia par Étienne le Grand. Cependant, en 1473, les commerçants moldaves et transylvains profitaient de liberté commerciale avec d’autres pays et en 1475 Mathias Corvinus et Étienne le Grand se sont engagés à se soutenir mutuellement contre leurs ennemis. Les Turcs s’emparent de Cetatea Alba en 1485 et en 1489, Étienne le Grand accepte de payer un tribut à l’Empire ottoman en échange de l’autonomie. Cette partie méridionale de la Moldavie était à l’origine connue sous le nom de Basarabia (Bessarabie), d’après la lignes des Basarabi, voïvodes valaques de Valachie ayant régné auparavant dans la région. Ce terme a ensuite été utilisé pour la partie orientale de la Moldavie acquise par les Russes après la Première Guerre mondiale. Toute la partie sud de la Moldavie fut connue sous le nom de Bugeac sous la domination turque. En 1538, les Turcs rejoints par les Tartares ont envahi la Moldavie. Petru Rareş (1527-1538), fils d’Étienne le Grand, a vaincu les Tartares, mais il a été trahi par ses boyards et a dû fuir en Transylvanie, la Moldavie ayant été annexée par l’Empire Ottoman. La capitale a été transférée à Iași. Entre les périodes des attaques tartares, les batailles contre les Ottomans, la domination de l’Empire Ottoman et les luttes intestines entre les boyards et les voïvodes, la Moldavie reste appauvrie et nombreux de ses villages sont dépeuplés. La période la plus grave de l’exploitation turque a eu lieu entre 1711 et 1824, lorsque les Turcs ont imposé les souverains phanariotes. Les Phanariotes étaient des Grecs originaires du quartier Phanar de Constantinople. Suivant la fin de la domination turque, la politique a conduit les régions du nord de la Bucovine, de Bessarabie et de Bugeac à changer de camp plusieurs fois et à se retrouver hors des frontières de la Roumanie moderne.