tel +40 31 417 94 64 | contact@toptours.ro

Courte histoire

Sur la Roumanie

Courte histoire

Les plus vieux restes humains d’Europe ont été découverts dans la « Grotte aux ossements » sur le territoire de l’actuelle Roumanie, âgés de 42 000 ans. Cependant la première histoire écrite du pays faisait référence aux tribus de Gètes et remonte à 440 av. J-C. Les Daces, supposés faire partie des Gètes, firent leur plus grande expansion sous le règne du roi Burebista en 82 av. J-C. Quand les Romains quittèrent la Dacie, la région fut attaquée par les Goths, puis par les Huns.

À la fin du Moyen Age, la Moldavie et la Valachie se retrouvaient sous la suzeraineté de l’Empire ottoman tandis que la Transylvanie était occupée par l’Autriche-Hongrie. Les habitants roumains, notamment en Transylvanie, se sont confrontés à plusieurs suppressions et souvent ils n’étaient même pas considérés des citoyens (comme ce fut le cas de la ville de Brasov où ils n’étaient pas autorisés à vivre à l’intérieur des murs de la ville).

En 1600, Michel le Brave a unifié pour la première fois les trois principautés sous un même drapeau, mais un an plus tard il a été assassiné par les Hongrois et l’unification a été dissoute. En 1699, la Transylvanie devient une possession de l’Empire autrichien en expansion, qui acquiert aussi une grande partie de la Valachie en 1718 et la restitue en 1739. Peu de temps après (1775), le nord de la Moldavie est également occupé, tandis que le reste de la province tombe en 1812 sous l’influence de la Russie.

Le désir de former un Etat national indépendant est également apparu dans les trois provinces historiques roumaines et a déterminé plusieurs soulèvements contre les puissances d’occupation, dont le plus important fut celui de Tudor Vladimirescu en 1821. L’année révolutionnaire de 1848 qui commença en France s’étendit très rapidement et atteint également les trois provinces roumaines. Elles ont échoué à atteindre leur objectif mais ont ouvert la voie pour l’élection libre d’Alexandru Ioan Cuza en tant que souverain en Valachie et en Moldavie (avec le soutien des grandes puissances) et pour la fondation du premier Etat de Roumanie. Néanmoins, à cause des luttes internes pour le pouvoir et la menace de l’Empire ottoman, mécontent de la politique d’indépendance du nouvel Etat, un prince étranger fut amené à gouverner la Roumanie.

Pendant la guerre russo-turque la Roumanie a combattu du côté russe et, par le traité de Berlin de 1878, les grandes puissances ont déclaré l’indépendance du pays. Le pays a rejoint l’Axe au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il a fourni à l’Allemagne nazie du pétrole, ce qui a provoqué de nombreuses attaques des Alliés. Finalement, la Roumanie a changé de camp et passe du côté des Alliés, mais la Conférence de paix de Paris de 1947 n’a pas reconnu son rôle dans la défaite de l’Allemagne nazie.

La période qui se déroule entre la fin des années 1940 et la fin des années 1980 est décrite comme la Roumanie communiste. Le régime de Nicolae Ceauşescu a initié des politiques indépendantes notamment au niveau des affaires étrangères. Des milliers de personnes ont été tuées, emprisonnées et torturées pendant son régime. La révolution roumaine sanglante de 1989 a vu la fin du gouvernement autarcique de Nicolae Ceauşescu. La Roumanie a rejoint l’OTAN en 2004 et elle est devenue membre de l’Union Européenne en 2007.