tel +40 31 417 94 64 | contact@toptours.ro

Alba Iulia

Sur la Roumanie

Alba Iulia

Appelée Apulum à l’époque antique, Alba Iulia est l’une des plus anciennes colonies de Roumanie, mentionnée pour la première fois sous Marc Aurèle comme étant la capitale de la Dacia Apulensis.
Pendant l’occupation romaine, Alba Iulia a été un centre militaire et économique très important : comme pour une plus petite Rome, on a construit ici des temples, des amphithéâtres, un palais du gouverneur, des statues et des thermes. Alba signifie blanc et ce nom provient du temps où les Slaves appelaient l’emplacement Balgrad (« le Château Blanc ») ; Iulia vient du nom d’un prince roumain Gelu (Iulius en latin) qui a régné à Alba Iulia au cours du Xe siècle. Presque complètement détruite par les Tartares en 1241, Alba Iulia a atteint sa gloire entre 1542-1690, servant de capitale de la Principauté indépendante de Transylvanie et de résidence pour les princes de Transylvanie. En 1599, Mihai Viteazul (Michel le Brave) réalisa ici pour une brève période l’unification des trois principales provinces de la Roumanie : la Valachie, la Transylvanie et la Moldavie. Au XVIIIe siècle le soulèvement paysan mené par Horea, Cloșca et Crișan a transformé la ville en un symbole de la lutte pour la justice et la liberté. C’est toujours ici que le 1er décembre 1918, la province de Transylvanie a annoncé son unification avec la Roumanie. En 1922, le prince Ferdinand fut couronné roi de Roumanie dans un acte qui reflétait l’unification réalisée plus de quatre siècles plus tôt par Mihai Viteazul.

Dans la vieille ville, les visiteurs peuvent flâner dans les larges rues bordées d’arbres de la citadelle des Habsbourg, l’une des plus impressionnantes d’Europe: construite entre 1714 et 1739 d’après les plans de l’architecte militaire Giovanni Morando Visconti, la forteresse est considérée comme la fortification la plus représentative pour le bastion de type Vauban en Transylvanie; avec ses murs de 12 kilomètres de long et couvrant près de 100 hectares, la forteresse est formée d’un fort central et de sept bastions avec des portes baroques. Parmi les monuments les plus représentatifs sont à citer la Cathédrale catholique romaine – le plus ancien et le plus précieux monument d’architecture de Transylvanie, la Bibliothèque Batthyaneum, la Cathédrale orthodoxe de la Réunification, le bâtiment Babilon – abritant le Musée national de l’Unification, la Salle de l’Unification, le Palais Apor, le Palais Princier et l’Université d’Alba Iulia.